Mardi, 27 février 2018


 
 
 




1. Mauvaise évaluation du budget

Même si la préautorisation hypothécaire vous donne un bon indice quant à la somme que vous aurez la capacité d’emprunter, il n’en reste pas moins qu’elle ne fait pas l’analyse de votre budget et de vos dépenses quotidiennes. Beaucoup de premiers acheteurs affirment avoir payé trop cher pour leur maison ou encore ne pas avoir versé une mise de fonds suffisante pour respecter leur budget. Assurez-vous donc de bien connaitre votre situation financière et de bien évaluer les coûts reliés à votre propriété (entretien, électricité, télécommunications…). N’hésitez surtout pas à communiquer avec un conseiller financier afin d’établir correctement votre budget et ainsi, éviter toute surprise.
 
2. Faire affaire avec le premier venu

En tant qu'acheteur, le client n'aura pas de frais à débourser pour les services du courtier immobilier, ces derniers étant assumés par le vendeur. Néanmoins, beaucoup d’acheteurs inexpérimentés auront le reflexe de ne pas demander les services d’un courtier pour l’achat d’une propriété et de faire affaire avec le courtier du vendeur. Cependant, puisqu’il s’agit d’une transaction de grande ampleur, nous vous suggérons grandement de trouver un courtier qui sera à l’écoute de vos besoins et qui aura les compétences nécessaires afin de vous accompagner au travers de chacune des étapes en plus de servir de conseiller et d'habile négociateur. Finalement, faire affaire avec un courtier immobilier c'est aussi être protégé par la Loi sur le courtage immobilier.
 
3. Laisser vos émotions prendre le dessus

S’il vous arrivait de trouver la perle rare et ce à prix abordable, ne laissez pas transparaitre votre enthousiasme. Demeurez calme afin que le vendeur ne perçoive pas votre excitation et ce, même si vous êtes tombés sous le charme. Dans le cas contraire, il vous sera plus difficile de négocier. D’un autre côté, si jamais la maison de vos rêves dépassait largement votre budget, ne laissez pas vos émotions l’emporter sur votre rationalité. Soyez logique dans vos choix et ne précipitez aucune décision.
 
4. Ne pas faire inspecter la propriété

Si l’inspection avant l’achat est de mise, beaucoup la néglige afin de sauver quelques coûts ou de procéder à la transaction le plus rapidement possible. Naturellement, les informations fournies par le vendeur dans sa déclaration seront très utiles, car elles reflètent ce que celui-ci connaît sur l’état et l’histoire de sa propriété. Une inspection cependant vous permettra de valider et de compléter cette information. De plus, si la propriété est à vendre sans garantie légale de qualité (c’est-à-dire sans garantie qu’elle ne comporte aucun vice), alors l’inspection est d’autant plus nécessaire pour vous protéger.
 
5. Négliger l’emplacement

Dans la frénésie et l’enthousiasme entourant l’achat d’une propriété, il est facile d’oublier qu’acheter une propriété, c’est aussi opter pour un quartier. Votre coup de cœur se situe-t-il dans un quartier suffisamment calme, intime ou animé ? Quels sont les services et les écoles à proximité ? Le voisinage vous semble-t-il convenable ? Bref, il importe de se renseigner sur l’emplacement d’une propriété au préalable. Plusieurs outils dont la fonction Localisation sur Centris vous permettent d’en apprendre davantage sur un quartier donné. 



 
Beauce : 418-227-8060, Lambton ( Estrie ) : 418-486-2242, Cellulaire : 418-225-0718, Fax : 418-221-1299
Membre des organismes reconnus du courtage immobilier structuré au Canada et au Québec et à ce titre, profite des services reconnus des marques déposées S.I.A.® /MLS®, Service inter-agences®, REALTOR®, REALTORS® et de Centris.ca®, de même que des applications mobiles REALTOR® et Prospects®. Courtier immobilier indépendant, membre du Réseau des courtiers immobiliers indépendants du Québec (RCIIQ), Bénéficie de tous les services et programmes du RCIIQ et du portail nosadresses.com.